Félix Couchoro

Né le 30 janvier 1900 à Ouidah, au Dahomey (Bénin) de parents dahoméens, Félix Couchoro fait ses études primaires et le début de ses études secondaires respectivement à l’école catholique de Grand-Popo et au Petit Séminaire Sainte-Jeanne d’Arc de Ouidah de 1915 à 1919. Il est ensuite moniteur à l’école catholique de Grand-Popo de 1919 à 1924 avant de devenir gérant de la Société Commerciale de l’Ouest Africain (SCOA), d’abord à Athiémé, puis à Grand-Popo de 1924 à 1939. De 1931 à 1933 il dirige le journal l’Éveil Togolais qui deviendra l’Éveil Togo-Dahoméen.

En 1939, des tracasseries policières l’obligent à se réfugier à Anécho (Togo). De 1939 à 1952, il est agent d’affaires à Anécho et se lance parallèlement dans le mouvement de la décolonisation aux côtés des Nationalistes réunis dans le Comité de l’Unité Togolais (C.U.T), parti de Sylvanus Olympio ; il fait parti de l’équipe de rédaction des journaux nationalistes. En 1952, il se réfugie à Aflao au Ghana pour échapper à la répression policière.

Il revient au Togo en 1958, devient Rédacteur au Service de l’Information à Lomé. Il prend sa retraite en 1965 et meurt à Lomé le 5 Avril 1968.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s